Lot 114

LE QUOC LOC (1918-1987)

Paysage de PHNOM PENH, 1943

Important paravent à huit feuilles en bois à décor polychrome finement laqué et en léger relief.
Signé et daté en chiffres romains
199 x 49.5cm (par feuille)

H: 199.0 x L: 400.0 cm

Estimation : 200 000 € - 300 000 €

  • Informations détaillées
  • Comment enchérir ?

LE QUOC LOC (1918-1987)

Paysage de PHNOM PENH, 1943

Important paravent à huit feuilles en bois à décor polychrome finement laqué et en léger relief.
Signé et daté en chiffres romains
199 x 49.5cm (par feuille)

H: 199.0 x L: 400.0 cm

Estimation : 200 000 € - 300 000 €

Informations complémentaires :

La peinture à la laque aujourd’hui présentée "Paysage de Phnom Penh" (Phong cảnh Phnôm-Pênh) est le fruit d'un harmonieux travail de l'artiste issu de la 12e promotion de l'École Supérieure des Beaux-Arts de l'Indochine, Lê Quốc Lộc.
Si les vietnamiens ont depuis toujours utilisé la résine du laquier, mélangée à d’autres matières, pour la création d’œuvres artisanales très spécifiques, la mode portée à la laque en France dans les années 1920, suivie par la création de l'atelier de laque de Jean Dunand (1877 - 1942) à Paris regroupant des travailleurs indochinois, a grandement influencé le développement des laques au Vietnam. Et si une section dédiée à la laque fut introduite à l'École Supérieure des Beaux-Arts de l'Indochine vers 1927, sous la direction de Joseph Inguimberty, avec l'aide d'Alix Aymé et des artisans vietnamiens, elle ne fut officiellement reconnue que par le décret signé par le Gouverneur Général d'Indochine Jules Brévié le 24 mai 1938.
C’est ainsi que la laque traditionnellement considérée comme un "artisanat/décoratif" s’est sublimée en œuvre d’art d’une rare qualité sous les mains d’un talentueux artiste.

Lê Quốc Lộc, né le 20 octobre 1918, décédé le 8 mai 1987, d'origine à Hưng Yên. Certains documents disent qu'il est diplômé de la promotion 1937-1942, mais en 1937, l'année du décès du directeur Victor Tardieu, l'École Supérieure des Beaux-Arts d'Indochine n'organise pas de concours d'admission. Sa famille nous a affirmé des détails très intéressants concernant la biographie de l'auteur : l'artiste a eu son premier fils nommé Lê Huy Văn en 1943, c'est également l'année de diplôme, et coïncidé avec le moment où l'artiste a ouvert son atelier privé.
Chose intéressante, M. Lê Huy Văn a dit que le tableau "Paysage de Phnom Penh" a été composé l'année de sa naissance, c'est à dire 1943.
Ainsi, diplômé la 12e promotion (1938-1943), section de laque, Lê Quốc Lộc a ouvert son atelier au 42, rue Lò Đúc (Hanoi). À cette époque, il y avait très peu d'ateliers de laque à Hanoi, notamment Phạm Hậu, Nguyễn Gia Trí, Nguyễn Văn Tỵ, Hoàng Tích Chù, etc. Habituellement, ces ateliers produisaient selon les commandes de la Coopérative des Artistes Indochinois, dirigée par Joseph Inguimberty et secondée par Trần Văn Cẩn.
Lê Quốc Lộc trouve son inspiration dans les sujets et paysages bucoliques, tels les villages avec des champs dorés cachés derrière des bosquets de bambous ou de branches de flamboyants éclatants rougeâtres. Les paysages de pagodes tranquilles où semble résonner encore l'écho de la cloche sur des feuilles vertes de bananier... Ses œuvres dont le style est simple, reflètent avec talent l’esprit oriental et illustrent la communion profonde entre l’homme et la nature.

La famille du peintre Lê Quốc Lộc affirmait que le thème "Phnom Penh" est né en 1943 à la commande du roi du Cambodge, Norodom Sihanouk, décrivant le paysage et les gens de sa ville. Selon ses dires, en 1979, un journaliste travaillant à l'Agence de Presse vietnamienne, un ami du fils du peintre Lê Quốc Lộc, qui était en mission au Cambodge, a profité de l'occasion pour prendre une photo où l’on voit une peinture à la laque de Lê Quốc Lộc accroché au mur du Palais Royal. Son fils Lê Trí Dũng a également raconté que la famille avait reçu une lettre de remerciement de l'ambassadeur du Cambodge à Hanoï pour cette commande.

Même thème et même année que la peinture sur le mur du Palais Royal de Phnom Penh (cf. photo ci-dessous), aux dimensions de 50 x 199cm chacun, le 8 panneaux "Paysage de Phnom Penh" d'une surface totale remarquable de 400 x 199cm, évoque l’aspect majesteux de la nature. Devant cette œuvre, le spectateur éprouve une sensation de douce quiétude.
Avec les caractéristiques de mise en forme d'une valeur artistique solide, et une excellente technique de laque, successeur de la technique traditionnelle (ancestrale) de la laque, Lê Quốc Lộc est unanimement reconnu pour la très grande qualité de ses compositions artistiques.
Réalisé à l'âge d'or de la laque vietnamienne, "Paysage de Phnom Penh" est exécuté avec des matières premières naturelles, hors produits chimiques : bois, résine de laquier, feuille d'or et coquille d'œuf. Ce qui attire avant tout le regard ce sont les couleurs rouge et or, qui nous introduisent dans un message de puissance et de richesse.
L’or, symbole de spiritualité et de bonheur, le rouge symbole de chaleur, de vie ; ce sont les couleurs prédominantes dans le bouddhisme illustré ici par différents éléments. La terre au sol est rouge, le ciel est d’or.
Par une attention très attentive donnée à la perspective, les panneaux se découpent en trois plans donnant ainsi une grande profondeur à la composition.
Le premier au bas de ces panneaux est occupé par la présence de personnages : des bonzes en prière, d’autres en discussion, d’autres bénissant de jeunes femmes, d’autres encore se promenant paisiblement, certains munis de leur parapluie, symbole de protection contre la souffrance et les forces nocives.
Au second plan, entrant plus profondément dans le paysage, se dressent arbres, palmiers, cocotiers, bananiers et autres. C’est toute la magnificence du végétal jouant pour la plupart dans l’or et le rouge.
Émergeant de ces arbres, venant s’esquisser dans un troisième plan, celui du ciel enflammé d'or, apparaissent des stupas, dont un laisse deviner des visages de Bouddha.

Est-ce l'aurore ? Les feuilles d'or sont couchées pour créer une lumière offrant une couleur mystique, faisant scintiller les rayons du soleil lointain au lever du jour. Ces rayons se jettent aussi sur les troncs de palmier de Palmyre en contrejour sur le fond rouge translucide et brun foncé. La mosaïque des coquilles d'œufs incrustées sur la chemise et le sarong en fleurs des dames, provoque un vif effet de clarté...
Puis il y a cette pagode au toit de couleur or attirant toute l’attention. On pourrait imaginer la "pagode de la fleur de lotus", le Wat Botum à Phnom Penh. Sa disposition ici sur cette laque est comme une invitation à s’y rendre.
En bas à gauche du paravent figurent la signature de l'artiste et l'année de réalisation, gravées sur la surface.

De très grande qualité, ce paravent de laque a fait partie de la collection de la famille K. Venus en Indochine et installés à Hanoi vers la fin du XXe siècle (vers 1900), le père et Tô Thị Lợi donneront naissance à Henri en 1908.
Faisant carrière dans la chancellerie militaire, notamment Greffier au Tribunal Militaire de Hanoï, la plus haute juridiction de l'Indochine, Henri épousera Nguyễn Thị Lai, commerçante en or et en opium (commerce au moins toléré si ce n'était légal à cette époque). En 1943, elle lui fera acquérir ce paravent en 8 panneaux de Lê Quốc Lộc directement auprès de l'artiste encore peu connu et quelque peu dans le besoin à cette époque-là.
En 1953, face aux troupes Viet-Minh, la famille d'Henri K quitte l'Indochine pour Perpignan.
Tout au long de ce périple, le paravent accompagna la famille, et ne connut donc qu'un seul propriétaire, de sa sortie de l'atelier de l'artiste à Hanoï à son arrivée au Pays Basque.
"Paysage de Phnom Penh" offre des compréhensions multiples : une douceur infinie, les souvenirs d’une atmosphère exhalant une poésie enchanteresse au rythme d’une respiration vivante ou à semi-ouverte se faisant l’écho de quelque poème.
Traités en style art-déco, toutes les lignes de cette œuvre sont rendues douces et souples. Ainsi le paravent semble se dérouler majestueusement où tout se rejoint pour magnifier le message du Bouddhisme : paix, chaleur et luxuriance des couleurs du cœur.


NGÔ Kim-Khôi
Chercheur indépendant en Art vietnamien


Paiement et livraison

Un lot vous a été adjugé : vous devenez propriétaire de l’oeuvre, à ce titre vous devez régler votre achat, et prendre possession des biens achetés.

Régler vos achats facilement

Le montant dû correspond au prix d’adjudication auquel s’ajoutent des frais acheteur de  25% HT (30% TTC) 

Vous retrouvez dans votre compte sur Asium l’ensemble des objets achetés, frais acheteur compris.

Vous pouvez les régler directement par CB sécurisée, ou par virement, ou encore par chèque, ou en espèces dans les limites autorisées par la loi.

 

Prendre possession de vos oeuvres

Une fois réglés, nous vous délivrons vos achats sur place.

Nos locaux à Paris :

  • Paris : 17, rue de la Grange Batelière 75009 (01 47 27 93 39)
  • Bruxelles : Place du Grand Sablon Bodenbroek 8A - 1 000 Bruxelles

 

Par livraison :

Un partenaire indépendant, The Packengers, qui propose ses services en direct pour recevoir vos achats aux enchères, 
The Packengers
Mail : hello@thepackengers.com
2, rue de l’industrie,  93200 Saint Denis
Tél +33 (0)6 38 22 64 90

Des questions ?Contactez-nous

Par téléphone
01 47 27 93 29

En ligne avec notre formulaire de contact